Roman science-fiction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Roman science-fiction

Message par SPEEDMOTORDEATH le Jeu 4 Déc - 8:40

J'avais posté sur l'ancien forum le début de mon roman (seulement le premier chapitre parce que je suis radin ), et donc je le reposte mais cette fois-ci au lieu d'un chapitre il y en a deux :p
Je n'ai pas mis de titre parce que pour être franc je n'ai pas encore trouvé une idée convenable, je m'attaque déjà aux prochains chapitres, et j'espère que ce que j'ai mis vous plaira :p




CHAPITRE 1:

On attendait assis, à plusieurs sur un banc pas confortable, on était serré, on se demandait quand tout allait commençait, on stressait, car on le savait qu'on ne serait pas tous chanceux. Mais je ne vais pas m'en plaindre, d'autres ont connu pire que nous.
- Tout va bien ? Me demanda ma coéquipière.
- Je stress mais sinon ça va. Je lui répondis.
D'un coup on a tous senti une secousse, la porte s'ouvrit.
- Allez-y les gars, foncez ! Nous cria notre chef.
On se leva tous, avec notre arme dans la main et on sorti du vaisseau. On courrait droit devant nous. Le vaisseau décolla pour aller chercher d'autres renforts, mais à ce moment-là un tir toucha un réacteur, le vaisseau explosa en plusieurs morceaux et tomba lourdement au sol. Il n'y avait aucun doute les pilotes étaient morts, on ne pouvait plus rien faire pour eux. On continuait à courir et on tirait de temps en temps des rafales à l'aveugle, on ne voyait rien à part de la fumée qui nous cachait la vue et les tirs des ennemies qui passaient à côté de nous. J'ai vu un de mes coéquipiers tombait par terre après avoir reçu une espèce de cristal bleu dans le ventre. Je commençais à me sentir mal en moi-même, j'avais peur de subir le même sort.
- Par ici ! Me cria ma coéquipière.
Je me retournais et je la voyais avec d'autres soldats qui tenaient une position à couvert derrière des carcasses de blindés. Je couru le plus vite possible pour les rejoindre. Mais une explosion fit son apparition juste à côté de moi, je tombais par terre évanouie. A ce moment-là je vis un flash-back. J'étais dans le bureau de recrutement, on me donnait ma plaque d'identification et les uniformes de soldats. J'allais ensuite vers la salle d'attente. Je vis un homme qui tentait de draguer une jeune femme, mais celle-ci ne s'intéressait pas à lui. Je m’approchais et je disais à cet homme de dégager.
- T'es qui bouffon pour me donner des ordres ? Me rétorqua violemment cet homme.
Je ne voulais pas perdre mon temps, je le saisis par le col et je le plaquai de façon brutale contre un mur et je lui dis:
- Elle en n'a rien à foutre de toi, donc tu dégages, et m'oblige pas à te le répéter.
Puis je le lâchais, il avait apparemment compris puisqu'il n'avait pas répondu, il s'en était vite allé. J'avais eu un second flash-back. J'étais seul assis sur un véhicule blindé et je regardais une photo.
- Elle est mignonne, c'est ta fille ? Me demanda la jeune femme.
Je ne savais pas pourquoi elle était venue me voir puisque je n'avais fait que repousser un homme qui n'avait apparemment pas atteint la maturité. Je lui répondis:
- C'est ma petite sœur.
On avait continué à discuter durant toute l'après-midi, depuis on était devenu coéquipier, même si je la considérais bien plus qu'une coéquipière.
- Ressaisie toi ! Me cria-t-elle.
J'ouvris mes yeux légèrement assommé, ma coéquipière se tenait debout devant moi. Je me relevai, et nous courûmes pour rejoindre les autres. On entendait des cris horribles dans la zone tenu par les soldats. Quand la fumer se dégagea, on put voir un grand alien, il dépassait facilement les deux mètres de hauteur, sur son armure il y avait plein de néons, il avait des longues plumes au niveau de ses poignets. Il tenait dans sa main un soldat qui ne faisait que gigotait tellement pris par la peur. L'alien serra très fort sa proie avec sa main et le lâcha. Le soldat tomba par terre, mort. La créature se tourna vers nous, il saisit son arme et s'approcha à grands pas vers nous. Un véhicule blindé arriva, l'artilleur tirait des grandes rafales sur l'alien. Avec ma coéquipière nous montâmes dans le véhicule. Le pilote n'hésita pas à accélérer pour fuir ce champ de bataille.
- Deux vaisseaux ennemis nous poursuivent ! Cria l'artilleur.
- On va devoir passer par le pont, des renforts nous attendent de l'autre côté, on pourra certainement être à l'abri après. Disait le copilote.
On commença à traverser le pont, lorsque les deux vaisseaux firent demi-tour.
- Bien vu. Dit l'artilleur.
- Attention ! Tourne à gauche ! Cria le copilote.
Je regardais par les vitres avant du véhicule. Une boule rouge avec des étincelles fonçait sur le véhicule, elle le percuta de plein fouet. Le blindé se renversa et tomba du haut du pont.
- Accrochez-vous à l'arrière ! On va...
Le pilote n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase, le véhicule se cogna contre tous les obstacles avant qu'il ne toucher le sol. Deux heures plus tard j'ouvrais mes yeux, j'étais encore en vie, je ne savais pas comment j'avais pu survivre à ça. Des bouts de verres étaient plantés sur mon bras gauche, mais je pouvais m'estimer heureux car j'aurais pu mourir. Avec ma jambe je tapais violemment sur la portière, elle n'avait pas tenu longtemps, certainement à cause de la chute qui avait dû la rendre moins résistante. Je sorti du véhicule, il faisait noir, la nuit était déjà tombée. D'un coup je me souvins que je n'étais pas seul dans ce véhicule. J'allumais la lampe qui était intégré dans mon casque, la lumière était faible mais je trouvais que ça me suffisait largement. Je n'ai pas réussi à retrouver l'artilleur, le pilote et le copilote n'avaient pas survécu. Je retrouvai ma coéquipière toujours assise sur le siège, mais elle ne bougeait plus, une partie d'une poutre en fer l'avait transpercé et cloué sur le siège. J'avais compris que je ne pouvais plus rien faire pour elle. Je récupérais sa plaque et celles des deux autres soldats et je me mis en route pour trouver des survivants.


CHAPITRE 2:

Après avoir longtemps marchés dans les rues abandonnées, je m’étais assis sur un vieux banc. Je regardais dans mes poches pour savoir si j’avais de quoi tenir face à d’éventuelle embuscade de la part des aliens. Il me restait seulement une grenade, quelques cartouches pour un fusil à pompe qu’on n’a oublié de me donner, et un magnum. J’attendais que le jour se lève pour reprendre la route, pendant ce temps j’étais caché dans une épicerie. Je regardais de nouveau la photo de ma petite sœur, elle avait 6 ans quand j’avais rejoint l’armée. Un flash-back surgit de nouveau au moment même qu’il y a eu une coupure de courant dans la rue.
- Où vas-tu ? Me demanda Angeline.
Je me retournais, et je me mis à genoux. Je la serrais dans mes bras, puis je la regardais dans ses yeux.
- Tu sais très bien où je vais. Je lui répondis.
Je me levais, et je commençais à tourner le poignet de la porte.
- On ne te verra donc plus jamais ?
Je rangeais la photo dans ma petite sacoche, et j’avais décidé de reprendre la route même si c’était encore la nuit. Mon casque commençait à produire un petit son étrange, j’allumais la radio car c’était le signal pour prévenir que le général avait un ordre prioritaire à nous donner.
« À tous les soldats…. ceci un ordre prioritaire…. »
Impossible d’avoir une meilleure fréquence, j’étais obligé d’écouter le message avec des sons parasites.
« … on vous a envoyé les coordonnées… pour une évacuation…. vous devez à tout prix vous y rendre…. Nous allons envoyer nos vaisseaux ……. »
Je n’avais pas pu entendre le dernier mot de la phrase, quel genre de vaisseaux le général comptait-il envoyé ?
« Essayez de vous regroupez pour…. évacuation efficace….. Bonne chance…. »
Je continuais à marcher au beau milieu des décombres, je ne savais pas où j’allais, je n’avais pas reçu de GPS avant d’être envoyé au combat. Au bout d’un certain moment, j’arrêtais d’avancer. À mes pieds, la poussière s’envolait, les débris commençaient à trembler et certains immeubles s’écroulèrent. Une ombre commençait à recouvrir la rue. Je regardais dans le ciel, un gros vaisseau de combat de classe ardent avait fait son apparition.
La radio transmettait de nouveau des signaux.
« Vaisseau de combat de classe ardent paré au combat »
« Feu à volonté »
« Mais est ce que tous les survivants ont pu évacuer ? »
« On a plus le temps, tirez ! »
À l’avant du vaisseau le canon principal commençait à se rechargeait.
« Canon principal bientôt prêt. »
Je me mettais à courir le plus vite possible, pour aller droit devant, aller le plus loin possible. Je ne savais pas où le vaisseau comptais tirer, mais je savais que si il le faisait, je devais à tout prix être dans un abri qui pourrait me protéger contre les radiations de ce tirs. J’entendis d’autres vaisseaux venir toujours de la classe ardent, avec au milieu un vaisseau d’une classe inconnue, il était bien plus grand que les autres. Mais pourquoi autant de vaisseaux ? Un seul suffirait pour rayer cette ville de la carte.
« … Bordel ! Ne me dites pas… vous amenez ce vaisseau ici… Nous avons des soldats à évacuer. »
« Nous avons une autre priorité… »
Mon casque n’avait plus de batterie, aucun doute la dessus, il faut que je me débrouille tout seul. Les supérieurs ont dû certainement voir que l’ennemie gagnait de plus en plus de territoires.
Je m’arrêtais de courir, devant moi se trouvait un véhicule léger de l’armée, je montai à l’intérieur et je faisais rugir le véhicule. J’avais de la chance, il était toujours en bon état, j’avais peut être une chance de quitter la zone. Je roulais à grande vitesse tout en essayant de prendre que des grandes voies pour éviter toute impasse dû aux écroulements de certains bâtiments. Arrivant sur l’autoroute j’ai pu utiliser la radio du véhicule.
- De l’escouade gamma, soldat n°7, je suis le dernier survivant de mon groupe, je demande une évacuation d’urgence sur l’autoroute qui mène au Sud.
Je tirais en même temps vers le ciel une fusée de détresse pour faciliter ma localisation.
« On vous reçoit bien, par contre on ne peut pas vous évacuer. »
- Comment ça ?
« Toute la flotte est mobilisée vers l’objectif »
- Quel est l’objectif de la flotte ?
« Regardez vers le nord »
Je me retournais, je voyais toute la flotte face à un drôle de structure géante. L’ennemie était capable de déployé des infrastructures rapidement ? Et pourquoi dans la ville ?
« A tous les vaisseaux, tirez ! »
On pouvait voir les nuages de missiles lâchés par les vaisseaux, et les tirs des canons principaux des classes ardents se diriger vers cette forteresse de l’ennemie. L’explosion était tellement énorme que les nuages de poussières recouvraient toute la ville, impossible de voir l’étendue des dégâts.
« On a gagné ? »
« Négatif, négatif ! La structure tient toujours debout. »
« Ce n’est pas possible ! Comment cela est-il possible ? »
« Un bouclier invisible le protège, évacuez les vaisseaux immédiatement ! »
« Alerte, l’ennemie riposte avec des canons anti-aériens ! L’un des vaisseaux de classe ardent est lourdement touché ! »
« ……… »
J’avais perdu le contact avec eux. Les nuages de poussières ne se sont pas dégagés. Un tremblement de terre se fit sentir sur l’autoroute, en même temps on pouvait observer une explosion à l’Est de la ville, aucun doute la dessus, c’est l’un de nos vaisseaux qui a du succomber aux tirs de l’ennemie.
Un vaisseau de transport venant du Sud stationna, devant moi, la porte arrière s’ouvrit est un soldat en sorti.
- Venez, on vous évacue, on a besoin de vous par la suite pour une mission. Je vous ferais un topo lors du trajet.
J’entrais avec lui dans le vaisseau sans hésiter une seconde.

__________________________________________________


avatar
SPEEDMOTORDEATH
Divinité
Divinité

Messages : 156
Date d'inscription : 27/09/2014
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roman science-fiction

Message par Treason and Lie le Jeu 4 Déc - 10:25

Je suis assez impressionné, une bonne orthographe malgré quelques erreurs de conjugaison. L'histoire est assez prenante ce qui encourage à lire la suite sans tenir compte de l'impression de "pavé" qui pourrait décourager.

Beau boulot !

__________________________________________________


I stopped being afraid to face those insatiable darkness,
When I realized they have been the essence of my own soul.

Treason and Lie
Divinité
Divinité

Messages : 214
Date d'inscription : 24/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roman science-fiction

Message par SPEEDMOTORDEATH le Jeu 4 Déc - 11:06

Treason and Lie a écrit:Je suis assez impressionné, une bonne orthographe malgré quelques erreurs de conjugaison. L'histoire est assez prenante ce qui encourage à lire la suite sans tenir compte de l'impression de "pavé" qui pourrait décourager.

Beau boulot !

Merci et pour les erreurs de conjugaisons c'est mon plus gros point négatif XD j'essaye de trouver les fautes mais bon...je les loupes même quand c'est sous mes yeux ><

__________________________________________________


avatar
SPEEDMOTORDEATH
Divinité
Divinité

Messages : 156
Date d'inscription : 27/09/2014
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roman science-fiction

Message par Treason and Lie le Jeu 4 Déc - 14:22

Honnêtement, tu n'as pas à en avoir honte, l'utilisation de l'imparfait est parfois bizarre. Comme par exemple.

Je courus > Ca n'existe pas, c'est J'ai couru ou Je courais. Le Français est bizarre parfois.

__________________________________________________


I stopped being afraid to face those insatiable darkness,
When I realized they have been the essence of my own soul.

Treason and Lie
Divinité
Divinité

Messages : 214
Date d'inscription : 24/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Roman science-fiction

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum